Rémy PORTRAIT

Rémy Portrait est né à Paris. Ses premières émotions esthétiques remontent à l’enfance lorsqu’il visite les musées de l’Orangerie et d’Orsay. En 2011, il intègre l’université de Nanterre pour  étudier l’histoire de l’art.

Passionné par l’art du XIXème, il entreprend une licence et un double Master recherche. Pour ce dernier, il s’intéresse plus particulièrement à la peinture post-impressionniste en réalisant une étude portant sur le néo-impressionnisme. Particulièrement sensible aux traités théoriques et à leurs applications par les artistes, cette expérience est hautement enrichissante pour lui puisqu’elle lui apporte les connaissances essentielles ainsi que les bases nécessaires à tout début artistique.

Chaque rencontre influence ses goûts et c’est à Paris que Rémy Portrait rencontre l’artiste contemporain Wilmer Herrison. Leurs parcours et passions communes pour l’art les rapprochent. D’origine vénézuélienne, Wilmer Herrison crée des œuvres modernes et s’apparente à ses pairs Carlos Cruz Diez, Jésus Soto ou encore Julio Le Parc. Dans son atelier, Rémy Portrait découvre un goût prononcé pour l’art, le mélange des styles. En parallèle de ses études, Wilmer Herrison façonne son regard, éveille sa sensibilité. Ensemble, ils évoquent l’art cinétique vénézuélien et son histoire. S’intéressant à l’art construit, Herrison lui enseigne sa technique  et son savoir-faire, basé notamment sur la manipulation des couteaux.

Aussi abstraite soit-elle, chaque œuvre est le fruit d’un travail méticuleux. En effet, au grès de son apprentissage, Rémy Portrait développe sa propre technique où le hasard est évacué au profit d’une grande rigueur du trait et de la couleur pure. Ainsi, occupant une place essentielle dans le processus créatif, les couches de peinture peuvent se superposer dans un souci d’harmonie et de synchronisation rythmique des lignes et des nuances. Leurs juxtapositions sur la surface de la toile engendrent, dès lors, des effets chromatiques étonnants et évolutifs selon le point de vue du spectateur.

Toujours à l’écoute, en éveil, Rémy imagine l’œuvre avant de la transposer. La couleur, véritable matrice culturelle, constitue l’élément principal qui transmet au spectateur l’identité culturelle de l’artiste.

Le spectateur, en plus d’être regardeur, devient acteur de l’art et doit déchiffrer le message par sa propre conscience perceptive. Le langage pictural, très personnel de Rémy Portrait, empli d’une palette de couleurs riches, de rythmes et de mouvements qui paraissent autant spontanés que mesurés, incarne une réelle abstraction lyrique des gestes et de la matière.

W. Herrison

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close